Partage de fichiers sur les réseaux sociaux

Dernière modification: 9 janvier 2019

Qui dit compte sur un réseau social dit forcément publication de photos, de vidéos ou de messages. Et pourquoi tu ferais tout cela ? Afin de rester en lien avec tes ami·e·s, de discuter, de partager des moments sympas. Cela va donc te permettre de maintenir et peut être même développer des liens avec tes ami·e·s. Il y a certains aspects qu’il est nécessaire que tu comprennes bien lorsque tu seras amené à poster du contenu.

Une diffusion rapide

Une image, une photo ou un commentaire publié sur les réseaux sociaux peuvent très rapidement être diffusés et partagés par de nombreuses personnes. Il suffit d’un simple clic pour partager un article, une photo ou une vidéo que l’on trouve sur les réseaux sociaux. C’est aussi facile de poster une photo que de la partager. A cela s’ajoute une fonctionnalité que tu connais sûrement, celle de la capture d’écran (screenshot) qui favorise cette diffusion rapide. Par exemple, une photo qu’un·e ami·e t’a envoyé sur snap, tu peux la « screener » parce que tu la trouves marrante, avant de la partager sur les réseaux sociaux. C’est simple et rapide, mais c’est illégal sans l’accord de la personne concernée ! N’oublie donc pas que tout se diffuse très rapidement sur ces plateformes et qu’une fois en ligne, c’est compliqué voire même impossible de contrôler la diffusion de l’image ou de la vidéo que l’on vient de poster. D’où l’importance de bien réfléchir avant de diffuser et partager du contenu.

Le droit à l’oubli

Lorsque tu utilises internet, tu laisses beaucoup de traces, comme les photos que tu postes, les sites que tu es allé·e visiter, le pays et la région dans lesquels tu résides, etc. Toutes ces informations sont stockées sur des serveurs informatiques Le droit à l’oubli signifie que tu devrais pouvoir maîtriser ces traces que tu laisses, en demandant aux différents géants du web aussi appelés GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) de supprimer les informations qu’ils ont sur toi. Malheureusement, ce n’est absolument pas possible aujourd’hui, car le droit à l’oubli n’existe pas en Suisse. Google, Facebook ou encore Snapchat n’ont aucune obligation de supprimer des données t’appartenant, pour la simple et bonne raison que lorsque tu t’es créé·e un compte, tu as accepté les conditions générales d’utilisation (CGU). Dans ces CGU, il est noté que tu acceptes que ces entreprises se servent de tes données à des fins commerciales. Cette perte de maîtrise peut amener des conséquences diverses pour la personne. Une information donnée dans un contexte bien particulier peut être réutilisée à une toute autre fin. Ainsi, une blague qui a été un jour publiée (volontairement ou non) sur un réseau social pourrait porter préjudice à la personne qui l’a publiée. Il faut donc que tu réalises que ce que tu fais aujourd’hui sur les réseaux sociaux peut avoir un impact demain sur ta vie privée, ta scolarité et même sur ta vie professionnelle. Tu es responsable des informations que tu mets en ligne.

Peut-être que tu connais le terme « Ficha ». Il s’agit d’un dossier vidéo ou photo que l’on a de quelqu’un·e et que l’on conserve bien précieusement, car c’est un fichier gênant qui pourrait nous être utile plus tard. On profitera du prochain anniversaire pour lui sortir ce dossier pour rire mais aussi parfois pour l’humilier. Ce sera marrant sur le moment, mais cette pratique te montre que les gens conservent des choses sur les autres et que tu n’es pas à l’abri qu’une image ou une vidéo de toi ressorte un jour ou l’autre.

Le jugement des autres

Lorsque tu publieras du contenu, tes abonné·e·s vont pouvoir le commenter. Tu sais, les gens parfois, derrière un écran, se permettent beaucoup de chose car il n’y a pas de confrontation en face à face. C’est pourquoi il est possible parfois de recevoir des commentaires pas toujours sympas, voire même carrément méchants.

Poster une photo, une vidéo ou un message sur les réseaux sociaux, c’est prendre le risque de se faire critiquer, juger, moquer voire même humilier ou insulter par les autres. Regarde cette vidéo qui te permettra de te rendre compte qu’il ne faut pas grand-chose pour que les autres se moquent de nous et qu’il est très facile de le faire puisque l’on se sent protégé·e lorsque l’on est derrière un écran :

Réfléchir avant de cliquer

Nous t’invitons à te poser la question suivante avant de poster du contenu : « Est-ce que cette photo je l’afficherais sur les murs de l’école ? » Pense ainsi car tu peux être sûr·e que la plupart de tes camarades de classe seront au courant et discuteront de ce que tu as posté et mis sur les réseaux. Selon le contenu de ta photo, cela pourra nuire fortement à ta réputation. On ne sait pas toujours comment peuvent réagir les autres. Et ce que nous considérons comme banal sur une photo, peut se transformer en arme pour une personne malintentionnée qui n’attend qu’une occasion pour te faire du mal. C’est pourquoi, si tu te poses cette question et que tu as le moindre doute, nous t’invitons à ne pas publier la photo.

Ensuite, demande-toi si tu es seul·e ou accompagné·e sur la photo, car n’oublie pas que tu dois aussi respecter le droit à l’image de tes ami·e·s.

  • Réseaux ou médias sociaux

Articles liés

Questions liées