Ciao.ch

Parler de la violence pour en sortir

Dernière modification: 21 septembre 2021

La violence n'est pas une fatalité. Quel que soit ton rôle (victime, auteur·e, témoin ou au contraire agresseur·euse), tu trouveras ici tous les conseils utiles pour mettre fin à cette violence.

Pour régler ces situations difficiles qui t'empêchent d'être bien et de vivre sereinement, le meilleur moyen est d'en parler. Les choses s'arrangent rarement d'elles-mêmes et nous avons tous besoin d'être aidé·e·s au moins une fois dans notre vie. Il faut en général beaucoup de courage pour parler, mais c'est le seul moyen.

J'ai peur, je n'ose pas en parler

  • Si tu subis des violences, ne reste pas dans un climat de peur et d'intimidation. La plupart du temps, l'agresseur·euse joue avec ta peur pour exercer une domination totale sur toi. Le seul moyen de mettre un terme à la violence, c'est d'en parler. La violence ne s'arrête pas toute seule. Dis NON à la violence, maintenant !

Tu découvriras sur le site de nombreuses adresses d'institutions qui prennent en charge les personnes qui subissent des violences, telles que la LAVI ou les services de protection de l'enfance.

  • Si tu es mineur·e et que tu cours un grave danger mais que tu ne veux pas en parler à tes parents, prend contact avec l'une des institutions proposées par ciao.ch ou bien parles-en à l'un·e de tes profs, à l'infirmier·ère scolaire ou aux médiateur·trice·s de ton école qui pourront t'assurer un soutien moral et matériel.
  • Si tu as assisté à une bagarre à l'école, une agression dans la rue, que tu as vu des images violentes sur le portable de l'un·e de tes ami·e·s, ne reste pas sans rien faire. Tu as peut-être peur pour toi et c'est compréhensible. Pourtant, la police 117, tes profs, tes parents sont aussi là pour te protéger. Si tu ne sais pas trop comment agir ou que tu as des craintes de le faire, n'hésite pas à nous écrire sur ciao.ch ou à demander conseil à une personne de confiance.
  • Au besoin, tu peux porter plainte si tu as atteint ta majorité ou, si ce n'est pas le cas, accompagné·e d’un parent ou d'un·e adulte responsable.
Un·e témoin qui parle n'est pas une balance, mais une personne qui pense à la victime.
  • Si toi-même, tu ressens de la violence dans tes rapports avec les autres ou si tu ne parviens pas à entrer en contact avec eux·elles autrement qu'en les agressant, c'est peut-être que tu n'arrives pas encore à bien maîtriser tes émotions.

Gérer ses frustrations, s'exprimer autrement qu'en étant agressif·ive, c’est possible. Cela s'apprend. Pour ton bien-être et celui des autres, tu peux apprendre à communiquer différemment. Le premier pas pour mettre un terme à la violence, c'est d'en parler. Si tu n'arrives pas à maîtriser ta violence par toi-même, tu peux demander conseil à une personne de confiance ou consulter un·e psychologue ou écrire à l'Association VIOLENCE QUE FAIRE.

Comment aider un·e ami·e?

Tu as un·e ami·e qui est victime de violences de la part de son·sa copain·ine, ou à la maison, sur Internet ou encore dans la rue ?

Quelle que soit la situation, le premier pas est toujours d'en parler avec une personne de confiance qui pourra te guider.

Un·e ami·e s'est confié·e à toi et tu ne sais pas quoi faire de ses confidences ? C'est un secret lourd à porter. Si tu sais des choses graves concernant quelqu’un·e, c'est de ton devoir de le dire même si tu as promis de te taire, en lui expliquant que parler est essentiel pour sortir d’une situation.

Tu peux bien sûr continuer à aider cette personne en étant à ses côtés lorsque c'est difficile, lui donner la possibilité de parler de ce qu'elle vit, en ayant une attitude compréhensive et ouverte. Mais le meilleur moyen pour l'aider à sortir de sa souffrance, c'est de la guider vers des services spécialisés qui aident les jeunes. Tu peux lui donner des adresses et la laisser ensuite choisir ce qu'elle souhaite faire. Propose-lui de l'accompagner au rendez-vous si elle n’ose pas s'y rendre seule.

Tu peux aussi lui proposer d'écrire sur ciao.ch ou de téléphoner au 147 ou appeler la police au 117 si besoin urgent ou de contacter l'Association VIOLENCE QUE FAIRE.

Elle y est protégée par l'anonymat et peut simplement se renseigner sur ce qui est possible.

Si tu veux en savoir plus:

Pourquoi en parler ?

Les victimes de violence ont généralement peur, car elles subissent l'intimidation des agresseurs. Il est essentiel de rompre cette peur en allant vers les autres car ces situations ne sont pas vivables.

Rien ne changera si tu ne décides pas de chercher de l'aide. Il y a autour de toi des personnes de confiance qui peuvent t'aider à trouver des pistes et à sortir de là.

À qui parler?

Choisis la personne qui te paraît capable de t'écouter et de faire quelque chose pour toi. Elle sera différente suivant la situation que tu vis.

Cela peut être:

  • Tes parents ou l'un de tes parents
  • Une personne de ta famille avec qui tu te sens en confiance
  • Un·e de tes professeur·e·s, le·la conseiller·ère sociale, le·la médiateur·trice scolaire, le·la psychologue scolaire, l'infirmier·ère scolaire
  • ton·ta médecin
  • Un·e moniteur·trice de sport
  • Ou toute autre personne qui compte pour toi et en qui tu as confiance
  • Association VIOLENCE QUE FAIRE

Tu peux aussi nous laisser directement ta question sur ciao.ch, ou consulter les adresses de référence pour ton canton, ou encore appeler le 147 (service d’écoute téléphonique confidentielle pour les enfants et les jeunes 24h/24 et 7j/7).

Si tu veux en savoir plus:

Le·la psy, c'est qui ?

  • Autour de la violence
  • Violence à l'école
  • Violence au travail
  • Violence dans la famille
  • Violence dans la rue
  • Violence dans le couple
  • Violence en soi
  • Violences sexuelles

Articles liés

Questions liées

Actualités

Un podcast sur la santé mentale

Toi aussi ? Tout le monde est concerné par la santé mentale. Tends l'oreille, écoute autour de toi, sans tabou ni jugement. Découvrir le podcast.

Un peu trop sur ton téléphone ?

Ça t’es déjà arrivé de sentir ton téléphone vibrer dans ta poche, alors que tu as reçu aucune notification ? 😅 On t’explique !