Relations entre frères et soeurs

Dernière modification: 5 décembre 2018

Existe-t-il une position la plus agréable dans la fratrie ?

Qu'est-ce qui est le mieux : être l'aîné·e ou le·la plus jeune ? Tu penses peut-être que tu préfèrerais la situation de l'autre, mais chaque position a ses avantages et ses inconvénients.

  • Les aîné·e·s peuvent subir plus de pression, parce qu'ils·elles sont plus âgé·e·s : ils·elles peuvent penser qu'ils·elles doivent montrer l'exemple aux plus jeunes, ouvrir la voie. Les parents leur demandent souvent d'être plus responsables, plus sérieux·euse et les aîné·e·s ne veulent pas les décevoir. Ils·elles peuvent prendre beaucoup sur eux·elles. Les parents sont souvent moins permissifs avec les aîné·e·s.
  • Le·la dernier·ère peut se sentir surveillé·e et commandé·e par les plus grands. Les parents de leur côté permettent parfois plus de choses aux petit·e·s. Dans certaines familles, c'est l’inverse : les parents sont plus sévères avec les dernier·ère·s né·e·s.

En fait, c'est souvent une question de ressenti personnel : en général les parents essaient d'être juste avec chaque enfant, même si ce n'est pas toujours facile ! Mais si tu ressens des injustices, le mieux est d'essayer d'en parler avec tes parents, en suivant nos pistes pour mieux communiquer.

Ci-dessous tu trouveras une petite vidéo marrante sur les frères et soeurs :

Jalousie entre frères et sœurs

La jalousie entre frères et sœurs est fréquente, quel que soit le rang de naissance ou le sexe.

  • Les aîné·e·s sont jaloux·ouses des câlins des parents aux plus petit·e·s parce qu'avant que les plus jeunes arrivent, ils·elles n'avaient pas à « partager » l'amour ou l'attention de leur parent.
  • Les plus petit·e·s, eux·elles, sont jaloux·ouses de ce que le grand frère ou la grande sœur a connu avant leur naissance.
  • Celui·celle du milieu se demande pourquoi le·la grand·e commande et le·la petit·e est gâté·é !

Dans chaque famille, chacun doit trouver sa place face à l'amour parental, mais la question de savoir si l'un·e reçoit plus d'amour de ses parents que l'autre ne se pose pas vraiment : l'amour peut se multiplier à l'infini, avec l'arrivée de nouveaux enfants.

Frères et sœurs et handicap

Lorsqu'on est la seule personne à avoir un handicap dans la famille et qu'on a des frères et sœurs en parfaite santé, il y a parfois des jalousies. Elles sont souvent dues à des incompréhensions des deux côtés.

Il arrive souvent aussi que les parents soient davantage présents auprès de leur enfant en situation de handicap que pour un frère ou une sœur qui ne l’est pas. Ces dernier·ère·s peuvent alors trouver la situation injuste.

Solidarité entre frères et sœurs et situation de handicap

La solidarité existe plus ou moins entre tous·toutes d'une façon ou d'une autre, mais la solidarité entre un frère et une sœur lorsque l'un des deux est en situation de handicap est parfois beaucoup plus forte.

Le frère ou la sœur ne souffrant pas d’un handicap a parfois tendance à vouloir protéger celui·celle qui est en situation de handicap. Ce·tte dernière peut alors des fois avoir l'impression de se sentir envahi·e, ou même privé·e de sa liberté.

Il·elle a souvent besoin de faire les choses lui·elle-même et de gérer ses problèmes tout·e seul·e.

Être solidaire avec son frère ou sa sœur en situation de handicap c'est bien, à condition de trouver les limites qui sont à discuter ensemble.

  • Moi, toi et les autres

Articles liés

Articles intéressants