Qui souffre de trouble du comportement alimentaire?

Dernière modification: 6 Décembre 2018

Il n'existe pas de portrait type des personnes qui risquent d'être touchées par ces maladies. Et aucune étude n'a encore pu définir clairement pourquoi on devient anorexique ou boulimique.

C'est généralement un ensemble de plusieurs éléments qui sont à l'origine de la maladie :

Profond mal-être

Dans la majorité des situations, avant de tomber dans le trouble du comportement alimentaire (TCA), les personnes se sentent très mal, elles peuvent être si mal qu’elles sont en dépression. Et il est bien connu que la dépression coupe l’appétit ou au contraire augmente la prise alimentaire. Ainsi, elles commencent à changer leur comportement alimentaire habituel.

L’adolescence est une période difficile, il faut faire face à beaucoup de changements dans le corps. Les adolescent·e·s prennent forcément du poids, c’est nécessaire pour le corps dans sa transformation, mais ce n’est pas simple d’apprivoiser un nouveau corps. La peur d’être moche, de ne pas être normal·e, d’être gros·se préoccupent les esprits.

Il faut aussi grandir dans sa tête, passer de l’enfance à l’âge adulte, c’est ça l’adolescence. Pendant 4 à 6 ans, le corps change, le système hormonal s’agite, on se demande qui on est et on se détache petit à petit de ses parents. C’est du boulot et cela peut être compliqué !

Lorsqu' en plus de tous les soucis de l’adolescence surgissent d'autres problèmes, il peut y avoir un dérapage vers le TCA.

Importance du développement personnel

L'anorexie mentale apparaît le plus souvent à la période de la pré-adolescence, au moment de la puberté. La boulimie survient souvent un peu plus tard, vers la fin de l'adolescence.

C'est une période durant laquelle surviennent de nombreux changements qui sont difficiles à gérer : le corps se transforme, la sexualité commence à prendre de l'importance, le·la jeune s’autonomise, il ou elle s’éloigne du milieu familial, il ou elle a des choix de vie à faire (formation etc.).

Les personnes qui souffrent d'un trouble alimentaire n'ont souvent pas une haute estime d'elles-mêmes et manquent de confiance en elles. Il leur est difficile d'exprimer leurs émotions. La maladie peut être liée à de gros changements, une séparation ou une rupture qui a été mal vécue et qui n'a pas pu être exprimée, à du harcèlement, par exemple, ou à tout autre événement de vie qui pourrait servir de déclencheur à la maladie.

Le milieu familial est-il responsable?

L'adolescence, c'est aussi le moment où l'on commence à prendre de la distance avec les parents, parfois difficilement, avec de nombreuses disputes et conflits. La famille a souvent été mise en cause et plus particulièrement le lien avec la mère, mais c'est vouloir un peu vite trouver un "responsable".

Il est vrai que les TCA peuvent apparaître dans une famille où le dialogue est difficile, où les émotions sont peu exprimées ou encore lorsqu'il y a de la violence. A l'inverse, ils peuvent aussi concerner des familles qui protègent trop leur enfant, ou même des familles où la communication est bonne.

Quoi qu'il en soit, l'apparition de la maladie bouleverse tout l'entourage. C'est pourquoi des entretiens avec la famille ou une thérapie de famille sont souvent proposés dans la prise en charge d'un trouble alimentaire.

L'influence de la société

La société actuelle encourage le contrôle et la maîtrise de soi et de tout: on doit être performant·e, rapide, multitâche et ne pas faire d’erreur. Mais cela est impossible !

Aujourd'hui, la minceur est associée à la beauté, au bonheur et au succès. Quand on est mal dans sa peau, on peut avoir envie de faire un régime en pensant qu'une fois plus mince, une bonne partie des problèmes seront résolus et que l'on gagnera plus d'assurance. Mais cela n'est qu'une illusion!

La confiance en soi ne se construit pas en fonction de la balance.

Tous les régimes ne mènent pas aux troubles alimentaires, mais de nombreux troubles alimentaires débutent par un régime. A moins qu'ils soient recommandés par un·e médecin, les régimes sont rarement nécessaires.

Si tu as envie de perdre du poids, pose-toi la question de savoir ce que tu en attends.

Pense à te faire aider par un·e professionnel·le ou à suivre un atelier pour gagner plus de confiance en toi et construire une meilleure image de toi-même.

Certaines études* ont pu montrer également des causes biologiques et génétiques. Concrètement, les études ne peuvent pas prouver qu’un TCA soit transmis automatiquement de parents à enfants, mais permettent de dire qu'il peut y avoir transmission de traits de tempérament ou d'une vulnérabilité à d'autres perturbations qui augmenteraient le risque de développer un tel trouble. D’autres études montrent que certaines anomalies au niveau du cerveau, plus particulièrement des neurotransmetteurs régulant l'appétit et l'humeur, auraient une influence sur le développement des TCA.

En résumé, les troubles alimentaires (TCA) sont des maladies complexes qui peuvent arriver dans n’importe quelle famille. Les causes sont propres à l'histoire de vie de chacun·e.

Un suivi professionnel (thérapie individuelle ou entretien de famille) permet de mieux comprendre pourquoi on en est arrivé là et surtout comment faire pour s'en sortir.

*- Treasure J, Claudino AM, Zucker N. (2010). Eating disorders. Lancet. 375(9714):583-93.

 - Trace SE, Baker JH, Peñas-Lledó E, Bulik CM. (2013) The Genetics of Eating Disorders. Annual Review of Clinical Psychology. Vol. 9: 589-620.

  • Alimentation
  • Santé mentale

Articles liés

Questions liées