Fausses croyances autour de la violence

Dernière modification: 11 Décembre 2018

L'honneur ne se lave plus par la violence !

Autrefois, en cas d'affront ou d'humiliation, il fallait se battre en duel, par exemple, pour sauver ou « laver son honneur ». Aujourd'hui, cette manière de voir les choses a beaucoup évolué. La notion d'honneur au travers de la force physique et du combat est de moins en moins valorisée dans notre société. D'autres vertus telles que la patience, la réflexion (avant l'action) ou la tolérance ont remplacé cette notion.

Pourtant, dans certains milieux, et notamment à l'adolescence, l'importance de l'honneur est encore tenace. Simple effet de mode, différences culturelles ou véritable retour en force de l'honneur ? Probablement un peu des trois !

Se venger pour l'honneur : est-ce acceptable ? Non, car la violence n'est pas une fin en soi. Même si tu ressens de l'humiliation ou que tu as l'impression qu'on te provoque, ne réagis pas par la violence.

La meilleure arme est encore l'ignorance : si tu ne réponds pas aux provocations, c'est décevant pour la personne qui te cherche. Elle n'attendait que ça ! Sa frustration sera d'autant plus grande en l'absence de réaction de ta part. Ne rentre pas dans son jeu, elle finira par se lasser et te laisser tranquille.

Si tu subis des violences, ne te fais pas justice toi-même car la haine attire la haine.

Tu as vécu une agression par un·e camarade de classe, une bande rivale ou encore des jeunes d'un autre quartier ? En guise de représailles, tu veux rendre ce que tu as subi, te venger ?

C'est ce qu'on appelle couramment « œil pour œil, dent pour dent ». Cette expression signifie : infliger à son agresseur·euse exactement les mêmes torts moraux et physiques qu'on a subis. Cette manière d'envisager la justice n'est évidemment pas la bonne. Si à une certaine époque, cette forme de justice a existé, elle est aujourd'hui complètement interdite.

La justice actuelle fait appel à une tierce personne, chargée de peser le pour et le contre et de rendre un verdict. Dans un état de droit comme le nôtre, la justice s'appuie sur un ensemble de lois afin d'éviter toute décision arbitraire.

Dans le cas où tu te venges, tu prends alors le rôle d'agresseur·euse et ton agresseur·euse devient du coup la personne agressée. Mais le plus grave dans une telle logique, c'est qu’elle est alors censée se venger à son tour. Comment dans ces conditions rompre ce cercle vicieux ?

Fais appel à la justice, à la police, à tes profs ou encore à la direction de ton école plutôt que de vouloir régler le problème par toi-même.

  • Autour de la violence

Articles liés

Questions liées