Amitié : comment être complice sans être collant.e ?

15 Septembre 2020

Question (2004 / Suisse, Neuchâtel)

Bonsoir tout le monde,
Je voudrais bien savoir comment vous faites pour maintenir vos amitiés pour ne pas perdre la complicité que vous avez avec eux.
Et aussi savoir à quelle fréquence vous leur parler pour ne pas être relou et collant mais pour ne pas non plus les perdre de vue.
Merci de lire ce message!
Bonne soirée

  • Moi, toi et les autres
Réponse

Salut!

Peut-être crois-tu avoir envoyé ta question sur le forum ? La manière dont tu la formules nous fait penser que c’est le cas. Donc si cette réponse ne te suffit pas, ou si tu souhaites l’avis de jeunes de ton âge, tu peux tout à fait aussi l’envoyer sur le forum ciao.

Il existe plein de manières différentes de maintenir une amitié, tout comme il existe différents types de relations amicale.

La complicité se développe et se maintient au travers du partage.

C’est en partageant qu’on cultive la complicité. Ce partage se décline sous une multitude de formes : loisirs, activités sportives, danse, sorties, gouts musicaux… Mais aussi dans le partage d’idée, d’origine, de souvenir (d’enfance par exemple) …
Le fait de partager beaucoup de temps ensemble, par exemple à l’école, ressert aussi les liens et renforce la complicité.
La complicité peut prendre du temps à se tisser.
Mais il arrive aussi que cette entente complice soit très spontanée, immédiate, un peu comme un coup de foudre amical. Quelques fois un seul regard suffit pour se sentir complice. Dans ce cas, le premier partage se situe alors dans le regard.

En résumer, pour maintenir une complicité relationnelle, il est précieux de partager. Mais cela ne dit pas encore à quelle fréquence partager.

Le cœur de question concerne donc le bon équilibre entre proximité et distance. Comment faire pour être proche et complice sans être relou ou trop collant ?

Il est bien sûr impossible de te donner une réponse chiffrée du style : il faut appeler trois fois par semaine où au minimum deux fois par mois. Cela dépend de la personne, du type de relation et de l’envie du moment. Par contre, il est toujours possible de demander à l’autre si c’est ok pour lui/elle. Par exemple, « Je t’appelle demain, ok ? Ça te soule si je t’appelle aussi souvent ? » « J’aimerais pas être collant.e, dis-moi si tu trouves que je t’appelle trop ».

De cette manière, tu pourras adapter la fréquence de tes appels en fonction de tes différent·e·s ami.es.

Cette question traduit ta crainte d’être trop envahissant.e.
Cette crainte vient peut-être, en partie, d’un manque d’estime de toi. En renforçant ton estime de toi, tu auras certainement moins peur d’embêter les autres. Nous te suggérons donc de lire les infos et conseils que tu trouveras en annexe.

Nous restons à ton écoute
Bien à toi !

l'équipe ciao


L'estime de soi se construit - Site d'information, d'aide et d'échanges pour les 11-20 ans - CIAO
Les 10 trucs de la petite voix saboteuse - Site d'information, d'aide et d'échanges pour les 11-20 ans - CIAO
Apprendre à mieux s'aimer - Site d'information, d'aide et d'échanges pour les 11-20 ans - CIAO
Garder un regard positif - Site d'information, d'aide et d'échanges pour les 11-20 ans - CIAO

Dernière modification: 18 Septembre 2020

Les dernières questions