Ciao.ch

J'ai des flashback de la violence que j'ai subie

27 mars 2022

Question (2008)

Hello, ça fait longtemps que je n'étais pas venu.
Ouais, je suis encore en vie :D
Ma situation à l'école s'est améliorée dans mes relations avec les autres, mais tout le reste n'est pas super.
Avec mon père (qui donc était souvent violent verbalement et physiquement avec moi), je ne sais pas ce qui se passe. Il est devenu super sympa, il me propose de m'acheter un ordinateur pour l'année prochaine au gymnase, il me demande comment ça va à l'école, mais est toujours très...-
Très dans la critique quand il s'agit de ma mère.
Je ne comprends pas, car la dernière fois qu'il s'est montré gentil comme ça, c'était pour obtenir quelque chose de moi, et dès qu'il l'a eu, il est redevenu comme avant. Je ne sais pas à quoi m'attendre, ça me fait peur, je ne sais pas comment me comporter et je m'en veux de me méfier si il a vraiment changé.

Avec ma mère, par contre, c'est le contraire.

Elle devient de plus en plus restrictive dans les permissions qu'elle m'accorde, me prive de tout, des rares sorties que je fais, de mon téléphone, et hier soir, elle m'a même confisqué mon JOURNAL INTIME, sous prétexte que le chantage et la confiscation étaient les seules choses qui marchaient.
Je lui ai dit que non, qu'elle se conduisait vraiment en gamine, elle a répliqué "j'essaie de me mettre à ton niveau qui est aux environs de 3 ans bien que tu en aies 14 tu vois". Je lui ai dit qu'ELLE était l'adulte et qu'elle devrait se conduire comme telle, et que sa façon d'essayer de se faire respecter était vraiment mauvaise. Et là, elle me sort, avec un petit sourire très détestable :
" Tu veux quoi, que je fasse comme ton père, alors ? Que je te colle des baffes, que je te pousse par terre, que je t'éclate la tête contre les murs ? N'empêche, ça a l'air de marcher. "
J'étais vraiment pétrifié par ce qu'elle venait de dire. J'ai eu des flashbacks, beaucoup de flashbacks, en à peine une minute, à propos de ce qu'elle avait énoncé.
J'en avais marre d'elle, en plus elle était dans ma chambre alors que je lui avais demandé de sortir, poliment. Alors j'ai juste éteint la lumière et me suis couché. Elle est sortie en claquant la porte, et je me suis mis à pleurer. J'aurais voulu noter ce qui s'est passé, mais elle avait mon journal, et menaçait de casser la serrure et de le lire, puis le brûler. J'aurais voulu lire, pour me calmer, mais ma mère avait mes livres et menaçait de les brûler, eux aussi.
Les disputes sont de plus en plus courantes, je ne perçois aucun respect de ma vie privée ou de mes droits et besoins.

Assez parlé de ma mère, venons-en à l'école.

Bien que la situation avec les autres élèves se soit améliorée, j'ai de plus en plus d'épisodes de panique et de crises d'angoisse quand je suis là bas. Je n'arrive plus à me concentrer sur rien, même la lecture et l'anglais, (une matière dans laquelle je peux dire que j'arrive vraiment bien) deviennent difficiles. Pour le latin, c'est la catastrophe, car il faut beaucoup réfléchir pour savoir les déclinaisons, les conjugaisons, le vocabulaire et toutes les choses étranges comme la proposition infinitive.
Ma dernière note de latin est 2.8/6, toutes mes notes descendent.

En parlant de ma note de latin, il s'est passé quelque chose vendredi.

Nous avons reçu les notes, donc. C'était l'avant-dernière heure de cours de la journée, et j'étais épuisé mentalement. Nous l'avons reçue à la fin de l'heure. Je l'ai vue, et j'ai fait comme si de rien n'était, tandis que la panique s'emparait de moi et que mon coeur battait à 100 km/h.
J'ai ri, consolé les autres (car à part deux personnes personne n'avait fait en dessus de 5 et la plupart étaient en dessous de 4), et, à la fin de l'heure de latin/au début de celle d'anglais (c'est la même prof), j'ai demandé à aller aux toilettes.
Cette prof sait très bien que je ne vais 'pas super bien. /s '
En début d'année, quand je me battais avec mes lames pour ne pas les reprendre et qu'on m'avait dit de les donner (j'avais pas le courage de les jeter, je ne voulais pas les garder non plus), je m'étais tourné vers elle, et elle connaît un peu ma situation familiale, donc elle sait qu'avec mon père ce n'était pas le GrAnD aMoUr, et je crois qu'elle sait que j'ai été harcelé à l'école pour euh, depuis ma 3ème Harmos.
Bref, elle sait, et elle a l'habitude des gens comme ça, elle déjà géré des élèves suicidaires et tout.
Donc, je suis allé aux toilettes, et j'ai commencé à faire un sérieux épisode de panique. Je luttais pour ne pas me frapper, me mordre, me griffer, faire n'importe quoi, et je ne pouvais quasiment plus respirer. Rien qu'à l'idée de montrer cette note à ma mère, je stressais un max et j'étais vraiment mal.
Plusieurs personnes sont venues aux toilettes et m'ont vu, elles ont été super sympas avec moi, mais je ne me sentais pas du tout de retourner en cours.
À un moment, ma prof est venue me chercher. J'étais dans une cabine, enfermé, et j'avais honte de pleurer et d'être mal juste pour une note. J'y étais depuis vingt minutes. Elle me dit "[insert my name], tu es là?", je lui réponds oui, et elle me dit " Tu as passé assez de temps ici. Tu vas revenir en cours genre MAINTENANT, sinon j'appelle le concierge pour qu'il ouvre la porte." J'ai essayé de lui dire que je n'étais pas bien, mais elle est partie.
J'ai recommencé à retomber dans ma pAnIqUe, et suis sorti de ma cabine pour aller dans une autre qui avait la porte mi-fermée, de sorte à ce qu'elle ne pense pas à regarder dedans et qu'elle ne me voie pas. Environ cinq à dix minutes plus tard, elle revient avec la femme de ménage. Elle voit que la porte est ouverte et ne pense pas à vérifier. "Bah bien sûr maintenant elle est partie. (à la femme de ménage)Merci beaucoup."
Elle part et revient deux minutes plus tard. J'étais au lavabo, en train d'essayer de me calmer. Je la vois entrer et me barre le plus loin possible, contre un mur. "Si tu ne viens pas MAINTENANT, je compte jusqu'à trois comme pour les bébés de deux ans et mr [le concierge] va te porter et te ramener en classe. Donc maintenant, tu viens avec moi." J'étais en train de pleurer, je paniquais vraiment, et elle a commencé à compter jusqu'à trois. Là, un flashback.
Quand il est/était énervé, mon père a/avait l'habitude de compter jusqu'à trois, et ça ne se terminait jamais bien. Il devenait souvent violent après ça, et j'ai donc commencé à trembler et je ne voulais pas aller vers elle.
Le concierge est arrivé, j'étais en panique, et finalement elle a dit "Tu auras une grosse remarque par rapport à ça."
Elle est partie, j'ai glissé le long du mur jusqu'au sol, et ai recommencé à pleurer. Une fille est rentrée, elle était dans ma classe l'année d'avant. Elle est venue vers moi, a été très gentille, m'a fait un câlin, m'a donné des conseils, m'a parlé doucement. J'ai essayé de lui expliquer pourquoi, elle m'a écouté bien que je ne pense pas que la moitié des mots que je disais étaient compréhensibles. Elle m'a ensuite dit qu'elle devait partir, retourner en cours. J'ai dit que c'était pas grave, et je lui ai souhaité un bon weekend.
Elle est partie, et je me suis littéralement écroulé sur le sol.
La sonnerie de la fin des cours a retenti, et j'ai attendu quelques minutes. J'ai séché mes larmes et bien que mes yeux soient rouges, je suis sorti. Je suis retourné en classe, où je n'ai pas trouvé mon agenda. Ma prof était en train de marquer la remarque et la retenue.
"[Insert name here] a demandé à aller aux toilettes. Comme elle n'était toujours pas revenue en classe après 15-20 minutes, je suis allée la voir et elle a refusé de sortir. Si cela se produit encore une fois, je la mettrai aussi en retenue pour rattraper le temps de classe perdu."
Je dois faire signer ceci et la retenue que j'ai demain à 16h à ma mère.
Or, après la dispute d'hier, je doute qu'elle soit compatissante, ou même un minimum compréhensive.

Depuis environ six mois, un peu moins, je suis tombé dans une idée que je devais perdre du poids.
J'ai commencé à 58 kilos, je suis actuellement à 52 kilos.
J'ai commencé avec la privation de nourriture, je pouvais manger juste un bout de pain, mais je me suis forcé à manger, et maintenant, je ne mange toujours pas énormément, juste assez, et je fais du sport pour vite brûler tout ce qui passe.

Voilà...

  • Violences
Réponse

Bonjour

Nous sommes heureux que tu sois toujours en vie et que tes relations avec les autres à l'école se soient améliorées. 

Tu peux être fière de toi et nous insistons sur ce point, car ce changement est bien dû à tout ce que tu as fait dans ce sens .

Nous tenons aussi à te dire en préambule que nous sommes très touché.es de ta confiance et que nous t'en remercions.

En ce qui concerne le changement de comportement de ton père, il n'y a pas de culpabilité à avoir. 

Au contraire, tes questions et ta méfiance montrent que tu as appris à te protéger. Reste sur tes gardes et profite des bons côtés de la situation. Si le changement d'attitude de ton père se confirme, tu ne pourras le constater qu'à long terme. Ta position est donc plutôt sage.

Ceci d'autant plus que ton père a changé de comportement aussi envers ta mère, dans le sens contraire, ce qui pourrait faire penser que ce qu'il se passe envers toi n'est pas un changement fondamental chez lui. Sinon il serait gentil envers toute la famille sans exception.

En ce qui concerne ce qu'il se passe avec ta mère, il semble que la relation avec elle, dépende beaucoup de comment les relations se déroulent avec ton père. Elle te dit qu'elle voit qu'il a changé de comportement avec toi après avoir eu à ton égard des comportements très violents. Pour toi cela provoque des flashbacks et te plonge dans la tristesse. Tu te trouves dans une situation typique de triangulation. Cela signifie que ce qu'il se passe entre tes parents a des effets directs de leur part sur toi. 

Par exemple, ton père est violent avec ta mère et très gentil avec toi, ce qui provoque une augmentation de la violence sur ta mère. Du coup, elle est encore plus tendue, et comme elle ne peut pas réagir face à ton père car elle risque de recevoir encore plus de violence, alors elle craque à certains moments et c'est envers toi que ça se passe. Évidemment tout cela est inconscient et ta mère est probablement autant triste que toi de ce qu'ils vous arrivent. 

Ce que tu nous dis de ce qu'il se passe à l'école nous inquiète énormément. Les violences que tu as subies en famille refont surface et t’empêchent de faire face aux exigences scolaires. Il est essentiel que tu puisses voir un.e psy qui soit formé.e pour le traitement des traumatismes. Cela va beaucoup t'aider pour éliminer les crises d'angoisse que tu as.

De plus, nous sommes vraiment très inquiets par le fait que tu manges moins et que tu aies perdu autant de kilos. Notre préoccupation vient du fait que tu as l'air prise au piège de la violence aussi à l'intérieur de toi. Comme si tu ne pouvais pas faire autrement pour l'instant que de continuer à te faire subir de la violence à toi-même. Comme si tu avais repris en toi le rôle de te maltraiter.

Nous te suggérons plusieurs possibilités pour ne pas rester dans cette situation. Et t'encourageons à en choisir une ou à en trouver une autre pour ne pas rester seul.e dans cette situation.

Tu n'es pas le/la seul.e à qui cela arrive et c'est un comportement que l'on peut traiter. Nous te demandons de te faire aider afin de sortir de cette spirale de la violence. De plus, il y a des lois qui protègent les personnes qui subissent de la violence car elle est INTERDITE. Les lois existent pour aider les victimes à s'en sortir.

Cela vaudrait peut être la peine d'aller avec ta mère, à la police, ou consulter un centre LAVI (Loi d'Aide aux VIctimes), où il y a des psy et des juristes qui aident les victimes. Nous te mettons en lien des adresses.

Sinon, vous pourriez aussi consulter un.e professionnel.le thérapeute de famille pour vous aider à faire face et vous protéger de toute cette violence que vous vivez.

Et de ton côté, parler aux conseiller.ères sociaux et sociales de ton école, afin que les enseignant.es puissent avoir un autre avis que le leur et que tu sois soutenu.e

Et commencer un nouveau journal intime que tu pourrais garder toujours sur toi, par exemple dans ton sac ou dans ton sac d'école.

Nous restons à ton écoute quel que soit ce que tu décides

A bientôt sur ciao

 

l'équipe ciao.

Dernière modification: 1 avril 2022

Les dernières questions

Voir les autres questions du thème