Je vis dans une prison dorée, comment en sortir ?

30 Juin 2020

Question (2003 / Suisse, Fribourg)

Bonjour/bonsoir,

Je ne pensais pas écrire ici un jour, mais je pense que j'en ressens le besoin de le faire. Je ne sais pas comment est ma situation d'un point de vue externe, mais pour moi, ça semble un vrai casse-tête.

Le problème principal ici est que je veux voir un psychologue, mais mes parents ne veulent pas.

Je suis un adolescent qui vit dans une famille tout à fait normale. On a un toit, on est ni pauvres ni riches, on vit bien et tout. Mes parents ne s'aiment pas (ils ne sont pas divorcés mais n'agissent vraiment pas comme un couple. Je sais qu'il y a des couples plus réservés que d'autres, mais pour eux deux, c'est évident que l'amour a depuis longtemps quitté la famille).

Tout ça pour dire que je ne manque de rien. J'ai tout ce que je veux, au point que j'en devienne un de ces "enfants rois". J'ai même vu le terme d'enfant tyran, et je pourrais dire que j'en suis un. Mes parents subissent mes cris, mes caprices, et toute forme de frustration que je déverse au quotidien, même par la violence verbale ou physique. J'ai pour la première fois songé à consulter un psychologue quand j'étais en 4ème. J'ai demandé plusieurs fois à mes parents, et ils refusaient à chaque fois car c'était trop cher et pas remboursé par la sécu. Cette situation dure jusqu'à aujourd'hui (donc depuis plusieurs années), où chaque mois je demande au minimum une fois à consulter un psychologue, et où ils refusent et que cela se termine par des cris. Parfois je me dis même que eux ont tout autant besoin de consulter que moi.

C'est un sorte de cercle vicieux, car je veux voir un psy pour changer, mais mes parents qui habituellement me donnent tout ne m'accorde pas cela, conduisant à mes crises, ce empire la situation. Même des profs ont conseillé le psy à mes parents à ce que j'en consulte un (je ne suis pas violent à l'école, au contraire : je me renferme dans le mutisme et la passivité et mes notes prennent cher). Mais à chaque fois mes parents ignoraient les conseils des autres.

Je sais, "c'est juste une phase", "c'est la crise d'ado", etc... Mais quand mon comportement a commencé dès l'enfance, je doute que cela soit lié aux hormones de l'adolescence.

Il est arrivé une situation il y a quelques temps de cela. Avec le confinement, je n'ai vraiment presque pas travaillé. Ma prof principale a appelé mes parents pour leur en parler, et elle a donné l'adresse et le numéro d'un centre d'aide précoce ou je ne sais plus quoi, qui accueille seulement les enfants de la petite enfance... Bizarrement, quand c'est venu aux notes, mes parents ont tout de suite réagi et ont direct passé rdv avec ce centre. Cela m'a tellement mit en colère (le fait que je fasse presque tout, et j’insiste sur le presque tout, pour qu'ils passent ne serait-ce qu'un seul rdv avec un seul psy et qu'ils s'en fichent, mais que quand mes notes entrent en jeu c'est la panique totale) que j'ai refusé d'aller voir ce centre ou quoi que ce soit. J'ai foiré sur ce point-là, j'avais une opportunité et je ne l'ai pas prise. Mais à cause du confinement ils n'ont pas pu prendre de rdv et le centre disait toutes les semaines de rappeler la semaine prochaine, ce qui a agacé ma mère et elle ne veut plus entendre parler de ce centre.

Finalement, ça s'est terminé avec ma mère qui a dit que le psy était trop cher et donc je devais voir le Secours Populaire pour des soins gratuits, que j'aurais une aide psychologique pour pas un rond là-bas...

Voilà, j'avais juste envie de savoir qu'est-ce que je peux faire. Rien ne peut vraiment convaincre mes parents à part mes notes, mais encore, j'ai totalement raté mon année, et faire baisser ma moyenne l'année prochaine n'est vraiment pas une bonne idée car je finirais par être totalement rejeté de la société avec toutes les portes qui se ferment à moi depuis quelques années. Mais si je continue sur ce comportement totalement cancéreux et cette relation totalement toxique que j'entretiens avec mes parents, mon moi du futur (si je ne mets pas fin à mes jours d'ici-là) va partir en cacahuète.

Je suis un ado gâté et trop aimé qui veut se faire détester par ses parents pour ne plus être un tyran dans la famille et ressentir quelque chose. Combien de personnes prient pour avoir une famille aimante ? Moi je crache dessus car elle l'est trop, justement. Je suis plutôt détestable, hm ? Je cherche juste un moyen de sortir de ce "doux enfer", comme je l'appelle.

Merci d'avoir lu.

  • Violences
Réponse

Bonjour

Tout d'abord, nous te remercions de ta confiance et relevons chez toi une grande faculté d'analyse.

Nous voyons aussi que tu as une bonne perception de ce qu'il se passe pour toi sur le plan des relations avec tes parents, des relations entre eux, sur le plan de ce que tu vis à l'intérieur de toi-même, de comment se construisent les cercles vicieux de tes comportements en lien avec ceux de tes parents. En plus tu parles avec humilité et sincérité de tes côtés moins glorieux. Ce sont de grandes forces et de grandes ressources que tu as !

La description que tu fais de ta vie donne l'image d'une prison dorée. Tout semble mis en place pour que rien ne bouge et que le système que vous formez à 3 reste dans un équilibre parfait.IL se pourrait que ce que tu subis soit de la violence psychologique

Tu as tout ce que tu veux, mais il semble que ce soit au prix de ton bien être. Tu vis entre 2 parents qui semblent avoir un accord de vivre ensembles sans amour et sans tendresse et cet accord semble se répercuter aussi sur toi: tu as tout ce que tu veux sauf la seule chose dont tu as besoin, pouvoir échanger avec un.e professionnel.le qui te permettrait d'acquérir plus d'autonomie, de te sentir mieux avec toi-même et en dehors de tes parents.

Ce qui est certain est que dans cet équilibre vous restez tous les 3 très liés et qu'il t'est difficile de devenir un adulte différencié. Du coup, les conflits pourraient servir à introduire un peu d'espace entre vous.

Tu dois savoir que tes parents sont tenus de faire le nécessaire pour ton développement et ton éducation. Ils doivent subvenir à tes besoins, que ceux-ci soient alimentaires, affectifs, physique, sociaux, etc. En cela, si tu émets le souhait de consulter un.e psychologue, ils se doivent de te donner cette possibilité. Sinon c'est une négligence.

Ces consultations sont prises en charge par les assurances maladies de base.  Sur le plan financier, cela signifie que tu peux aller consulter un.e médecin psychiatre ou un.e psychologue qui travaille en psychothérapie déléguée. Dans ces cas tes parents ne payeront, comme pour tous les autres médecins, uniquement le 10% du prix des consultations.

Si tu t'adresses à un.e psychologue demande directement à la personne si elle travaille en psychothérapie déléguée.

S’ils ne sont pas d'accord tu pourrais aussi te trouver un job d'été qui te permettra de payer ce montant de 10% Il te suffira de demander à ton/ta psy d'utiliser le système du tiers payant. Ton assurance lui payera directement les consultations et toi les 10% restant.

Et de notre côté, nous restons à ton écoute

A bientôt sur ciao

l'équipe ciao

Dernière modification: 1 Juillet 2020

Les dernières questions