Mon ami est accro au sexe, comment l'aider?

4 Mai 2019

Question (1997 / Suisse, Autres cantons suisses)

Bonjour!
J'ai un ami, il a 25 ans et a un problème. Je ne sais pas comment l'aider. Il ne veut en parler à personne.
Voilà, l'autre jour il m'a dit qu'il souhaitait se couper le pénis. Il se trouve qu'il est accro au sex, presque dépendant. Et il ne supporte plus de toujours avoir des "envies".
Je lui est dit qu'il devait en parler à sa psychologue, mais il n'ose pas, il a honte. Je me fait du soucis pour lui, parce qu'il dépense toujours plus d'argent pour satisfaire ses "besoins".
J'aimerai bien l'aider, mais je ne sais pas comment.
Merci d'avance pour votre réponse.
Meilleures salutation,

  • Sexualité
Réponse

Bonjour!

Un de vos amis est dépend au sexe et cette dépendance lui pèse à tel point qu'il dit souhaiter se couper le pénis. Vous cherchez donc à l'aider.

Le conseil que vous lui avez donné est très bien. Il est en effet important qu'il trouve de l'aide et du soutien auprès de professionnel-le: psychologue, sexologue, spécialiste en addiction.

La dépendance sexuelle, ou addiction sexuelle, se caractérise par la perte de contrôle sur la sexualité et la poursuite du comportement problématique malgré la connaissance des conséquences négatives. Elle s'accompagne de souffrance, de sentiment de honte et de culpabilité.

La dépendance quelle qu'elle soit (sexe, drogue, alcool, jeux, écrans,...) est une maladie, ou du moins un symptôme, il faut donc se faire aider pour pouvoir s'en défaire.

Il vaut mieux d'ailleurs ne pas trop tarder car plus le temps passe, plus les problématiques associées (comme par ex les problèmes financiers) augmentent.

Pour pouvoir se faire aider, il faut tout d'abord reconnaitre avoir un problème, c'est-à-dire être conscience de sa dépendance. Votre ami semble l'être. Il faut alors qu'il accepte avoir besoin d'aide, et cela n'est pas si simple. Pour le moment, votre ami sait avoir un problème, il en souffre, mais n'a pas encore conscience que sans aide il aura du mal à en sortir seul.

Le "déclic" doit venir de lui. Par contre, votre présence, votre préoccupation à son égard et le fait de lui exprimer votre inquiétude peuvent certainement l'aider à avoir ce "déclic".

Etant donné qu'il est déjà en thérapie, le mieux serait d'en parler à sa psy. Toutefois, si la honte qu'il ressent l'en empêche, il est aussi possible de trouver de l'aide ailleurs. Certain hôpitaux cantonaux proposent une aide spécialisée pour la dépendance sexuelle, vous pouvez donc vous renseigner proche de chez vous.

Bien à vous!

l'équipe ciao

Dernière modification: 7 Mai 2019

Les dernières questions