La réponse psychophysiologique au stress

Dernière modification: 9 octobre 2018

Les êtres humains comme les animaux ont une réaction psychophysiologique innée face à tout type de stress : on répond soit par le combat, soit par la fuite ou l’immobilisation (on se sent tétanisé).

Quand tu es en situation de stress, très vite ton corps sécrète des hormones (adrénaline et cortisol) qui activent certaines de tes fonctions corporelles et psychiques et en diminuent d’autres, par exemple :

  • Ton corps est prêt à être plus performant
  • Ta vigilance mentale s’aiguise

Mais

  • Tu perçois moins la douleur et certains détails de ton environnement / de la situation
  • Ta mémoire te joue des tours : elle garde en priorité ce qu’elle juge nécessaire à ta survie ; elle se fixe sur ces détails et t'empêche de te concentrer sur autre chose (par ex : en salle d’examen, tu te rappelles où est la porte de sortie, mais tu ne trouves plus la formule mathématique…)

D'après les recherches en neurobiologie de MacLean, le cerveau humain, dans son évolution, s’est développé de manière séquentielle : Premièrement le cerveau reptilien, puis le limbique et enfin le neocortex (Le Cerveau Triunique, MacLean P., Neurobiologiste, 1970).
On aurait en quelques sortes 2 cerveaux : un logique et rationnel (cortex) et un émotionnel (reptilien-limbique) plus primitif. Ils sont étroitement liés et s’activent ensemble pour nous permettre de fonctionner correctement et d’avoir des réponses adaptées à notre environnement (ex. : se couvrir quand il fait froid, rire à une blague, fuir devant un danger, etc.).

 

 

 

Les techniques de gestion du stress telles que la relaxation, le sport etc., t’aident à renforcer l’activation de ce système « créatif » en te permettant d'imaginer des solutions nouvelles aux situations auxquelles tu fais face.

  • Stress

Articles liés

Articles intéressants