Images choquantes et pornographie

Dernière modification: 19 Décembre 2018

En se promenant sur Internet, il se peut que l’on rencontre des images (ou des propos) qui choquent ou dérangent.

La toute première chose est de ne pas garder ça pour toi. C'est valable pour toutes les choses de la vie, d'ailleurs : si quelque chose te perturbe ou te choque, il est important de pouvoir en parler à quelqu'un·e de confiance, un·e adulte de préférence. Cela peut être un·e médiateur·trice ou un·e psychologue scolaire, si en parler à tes parents ou tes proches te met trop mal à l'aise. A ce propos, il ne faut pas se gêner de dire "j'ai besoin de te parler de quelque chose mais ça me met très mal à l'aise", car cela peut rendre les choses plus faciles.

Ensuite, si les images ou propos en question sont illégaux, il est possible de les dénoncer de façon anonyme en utilisant ce formulaire. Il faut simplement remplir la première ligne et mettre l'adresse de la page web en question. Tout le reste du formulaire est facultatif.

Ce n'est pas à toi de garder des "preuves" si tu as vu du matériel illégales (images violentes, pornographie dure, etc.). Ne fais surtout pas de copies et surtout, n’envoie pas cela à tes copains et copines ! Non seulement tu vas les choquer, mais en plus de cela, tu peux les rendre coupable de détention de matériel illégal. Contente-toi donc de transmettre les images et les liens à la police, puis efface tout ce contenu de ton smartphone ou ton ordinateur.

La pornographie, facile d’accès ?

La pornographie est une représentation d’acte à caractère sexuel. Le modèle pornographique ne transmet pas une image positive de la sexualité et véhicule des rapports souvent violents ne reflétant ni la réalité ni la pluralité des pratiques. Sa réglementation dépend du code pénal (article 197).

Il existe également de la pornographie qui est interdite pour tout le monde qui implique les enfants (pédopornographie), des scènes de viol et scènes avec des animaux. Ces contenus sont illégaux en Suisse. (art. 197, al. 5 CP).

En grandissant, tu te poseras différentes questions pour tout ce qui a trait à ta sexualité, à ton corps et au corps de l'autre. Tu feras des recherches sur internet et il se peut que tu tombes sur des contenus pornographiques, et ce même sans le vouloir. La pornographie, de nos jours, est de plus en plus accessible en ligne. La prévention suisse de la criminalité relève d’ailleurs que plusieurs études en Suisse mettent en avant le fait que la plupart des jeunes de moins de 16 ans ont été confronté·e·s à de la pornographie manière involontaire ou volontaire (via des sites de streaming par exemple).

Peut-être t’es-tu déjà demandé·e comment on fait l’amour, comment cela se déroule ?

Il est parfois difficile ou gênant d’aborder ce sujet avec ses parents ou même avec ses ami·e·s. Alors, il se peut que tu utilises internet afin de chercher des informations à ce sujet. C’est à ce moment que, sous forme de photos ou de vidéos, tu peux être confronté·e à du contenu pornographique. Même si cela capte ton attention et te permet d’avoir un premier regard sur ce que peut être une relation sexuelle avec quelqu’un·e, sache que ça ne correspond pas du tout à la réalité. S’il est normal de s’y intéresser, il est important de garder en tête que tout cela n’est qu’une fiction.

Si tu veux en savoir plus:

La pornographie

Des fausses représentations

Tout d’abord, tu risqueras d’être choqué·e par ce que tu as vu, car souvent ces images contiennent de la violence. Il faut que tu te rendes compte que cela ne se passera pas ainsi lorsque tu auras tes propres expériences. Prend directement de la distance face à ces contenus, car plus tu en consommeras et plus tu t’habitueras à ce que tu vois, jusqu’à considérer cela comme normal. Et comme ce n’est pas la réalité, il se peut que tu n’agisses pas comme il se doit avec ton·ta partenaire, car tes représentations sont faussées. Il se peut aussi que tu aies des complexes sur ton physique, car être exposé·e constamment aux corps parfaits de ces acteur·trice·s peut t’amener à te questionner. Sache que beaucoup de ces vidéos sont retouchées après le tournage, pour gommer les imperfections et embellir le tout. A nouveau, ce que tu vois n’est pas la réalité.

Dans les cas les plus graves, il y a même des jeunes qui développent une addiction à la pornographie.

Il est important donc que tu construises ta vision de ce qu’est la sexualité à travers tes propres expériences, le partage avec tes ami·e·s et les discussions que tu pourrais avoir avec tes parents ou adultes de confiance. C’est normal de se poser des questions sur sa sexualité, tout le monde passe par cette étape, c’est pourquoi c’est aussi normal d’en discuter autour de toi (même si cela peut être gênant).

Le cadre légal

Toute personne donnant accès à de la pornographie à un·e enfant de moins de 16 ans est punissable. Cela signifie donc que l’on ne peut pas regarder en Suisse de la pornographie avant l’âge de 16 ans. (art. 197, al. 1 CP).

Les jeunes de moins de 18 ans peuvent être également poursuivis pour création et/ou diffusion de (pédo)pornographie. Lorsque des mineur·e·s se photographient nus ou se filment pendant la masturbation ou des actes sexuels, ils produisent des contenus à caractère pédopornographiques (art. 197, al. 4 CP).

  • Internet et sexualité : dangers?
  • Pornographie

Articles liés

Questions liées