Aller à la navigation
Aller au contenu principal
Estime de soi : ton thermomètre

Questions Réponses

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2003 / Fribourg)

Bonjour/Bonsoir,
sa fait maintenant 5 mois que j'ai arrêté de me mutiler
maintenant j'ai un copain et des amis sur qui compter je suis heureuse et j'ai la joie de vivre sachant aussi que je n'ai pas vraiment de problèmes
en ce moment le seule problèmes c'est que le soir (tout les 2-3 jours environ) je me sens hyper mal je me mets a pleurer sans même savoir pourquoi et j'ai envie de reprendre cette lame et de me couper comme autre fois pour soulager ma peine
mais pour mes amis, ma famille et mon copain je prends sur moi et me retiens de toutes mes forces devrais-je faire cela?
Auriez-vous des conseils pour m'aider a m'en sortir?

RÉPONSE

Bonjour,

Nous sommes vraiment contents de savoir que tu vas nettement mieux !

Il est important que tu ne relâches pas tes efforts. Le fait de te sentir entourée, aimée t'aide visiblement à résister. Tu ne veux pas décevoir ceux qui comptent pour toi et c'est tant mieux.

Il nous semble cependant, même si tu t'en sors bien, qu'il serait souhaitable que tu puisses bénéficier d'un soutien psychothérapeutique afin d'écarter le plus possible l'éventualité d'une "rechute".

Ces moments de grande tristesse que tu ressens certains soirs montrent bien qu'il y a un mal-être en toi qui nécessite que tu t'en préoccupes. En thérapie, tu pourrais réfléchir à ça et développer des stratégies pour gérer ces moments.

Tiens-nous informés de tes démarches si tu le souhaites. Nous restons dans tous les cas à ton écoute.

L'équipe CIAO

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2004 / Valais)

C'est un sujet que j'aime pas abordé mais je veux en parler. Je me mutile depuis maintenant environ 6 mois et chaque jour pour moi est une épreuve, je souris à tout le monde je fais mine que tout vas bien mais je souffre.
Le soir je pelure toute les larmes de mon corps et la mutilation est la seule chose qui me soulage, qui me fais oublier.
J'en ai marre de toujours me cacher alors j'aimerai vraiment en sortir avez vous un conseil à me donner ou juste un peut truc qui pourrai aide ?

RÉPONSE

Bonjour,

Tout d'abord, nous te félicitons d'avoir osé en parler, alors que tu n'aimes pas ça.

Notre principal conseil dans ce domaine est de t'encourager à en parler avec une personne adulte et de confiance, dans ton entourage.

Ce sera difficile, bien sûr, mais tellement utile -indispensable, incontournable- car le principal problème dans ton cas, c'est de se replier sur soi, par honte. Et tant qu'on est replié.e sur soi et qu'on n'ose pas se confier, on sort difficilement d'un comportement qu'on voudrait changer.

C'est donc difficile d'en parler, mais bien plus encore de continuer à se taire, au final.

Nous pouvons t'accompagner dans cette démarche, si tu le souhaites.

Peux-tu déjà visualiser à quelle personne tu pourrais confier ce problème ? Un parent ou un.e autre proche, un.e professionnel.le de l'aide aux élèves, dans ton école, par exemple ? Il s'agit d'un vrai problème puisque tu te sens mal au point de te soulager en te faisant souffrir physiquement, et cela dure depuis plusieurs mois.

En outre, cela pourrait peut-être t'aider de proposer ce sujet comme forum d'échange entre jeunes, sur CIAO: à voir avec les modératrices si c'est possible.

Courage: tout le monde finit par s'en sortir !

Et on s'en sort plus vite quand on ne reste pas seule avec son problème.

Nous pensons bien à toi.

L'équipe CIAO

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2000 / Neuchâtel)

Bonjour.

Alors voilà, il y a maintenant plus d'un mois j'étais en soirée avec des amis et mon copain de l'époque (je l'ai quitté une semaine après ce qu'il s'est passé).
J'ai fumer un joint et j'ai fait un bad trip. Je suis allée dormir chez mon copain et il a commencer à me tripoter mais je l'ai repoussé et il a arrêter.
Mais je me suis sentie mal pour lui et je l'ai laissé faire, on a finalement fait l'amour.
Je ne sais pas quoi en penser sachant que je n'étais pas dans mon état normal et qu'il le savait très bien.
Est ce que c'est un viol?

RÉPONSE

Bonjour

Pour la loi, il y a viol lorsqu'il y a une pénétration vaginale contrainte.

D'après ce que tu décris, tu étais d'accord puisque tu t'es sentie mal pour ton copain et que tu l'as laissé faire.

Le fait que tu n'étais pas dans ton état normal ne t'a semble-t-il pas empêchée de dire non puis de dire oui. Ce que tu rapportes semble être un cas limite et il nous est difficile de te répondre par oui ou par non à ta question.

Nous te proposons de répondre à ta question sur différnents plans.

Sur le plan de ton sentiment, il est possible que tu te sentes comme si tu avais été violée car tu as dit oui, malgré que tu n'étais pas si d'accord que cela. De plus tu étais sous l'emprise du cannabis et avec moins de possibilité de réaction. Cela renvoit à question de savoir dire oui et de savoir dire non face à quelqu'un de qui on est amoureux, Ce n'est pas si simple et cela demande de bienrenforcer la confiance en soi.

Sur le plan de la relation, il est possible que tu te sois sentie violée et trahie car visiblement ton copain a insisté. En tous cas tu ne t'es probablement pas sentie respectée.

Sur le plan de la prise de risque, on voit à travers ton expérience que la consommation augmente les prises de risques et les dangers. Dans ton cas c'est avec du cannabis, mais il en va de même avec l'alcool ou d'autres substances.

Sur le plan légal, il nous est difficile de te répondre par oui ou par non. Pour avoir une réponse sur ce plan, nous te conseillons de téléphoner à jurisconseil junior, nous te mettons la fiche en lien.

Par ailleurs, une expérience de ce type peut être traumatique et nous t'encourageons à aller consulter le centre LAVI de ton canton, nous te mettons la fiche en lien. Cela te permettra de voir une psy pour t'aider à traverser cette étape et d'en resortir au mieux. De plus ils poruront aussi répondre aux questions d'ordre juridique.

Nous sommes désolé pour toi, n'hésite pas à revenir vers nous si tu as besoin de précisions ou si tu as d'autres questions.

A bientôt sur ciao

L'équipe CIAO

Pour plus de détails, tu peux consulter les informations suivantes :

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2002 / France)

Bonjour,
je ne présenterais pas pour garder mon anonymat mais je suis âgé de 15 ans. Voila mon histoire
Cela fait environs 2 ans que ma mère a rencontrer un mec et elle est très amoureuse. Je suis la pour parler du comportement de mon beau père que je ne comprends.
Reprenons au tout début: ma mère a rencontré un mec avec qui au départ je m'entendais mais peu à peu nos relations se sont dégradés pour cause je n'aimais pas l'influence quil avait sur ma mère.IL l'aime et je le sais mais il a une très mauvaises influences sur ma mère.

Quand la vie de ma mère vas bien elle a tendance à boire un peu beaucoup je ne m'oppose pas à cela car je n'ai que 15 ans et elle me répète sans cesses de ne pas me mêler. Les soirées s'enchainent et j'observe le comportement de ma mère qui se dégrade de jours en jours alcool clopes et violences + le travail .Vous allez me demandez mais qu'elles est le rapport avec son mec et beh il est tout simple il l'a pousse vers l'alcool et sa m'attriste.

Des lorsque je lui parle de sa il me crie dessus et les jours passes il commence à s'affirmer dans la vie de familles avec des règles qu'il met en places. Je ne veux en aucun cas dire que tout est de sa fautes car je suis aussi responsables ( je suis difficile à vivre) mais il peut au moins essayé d'apaiser les choses. Ma mère me frappe depuis l'age de 3 ans et lui aujourd'hui le 09/06/2018 son copain à levé la main sur moi il ma mise par terre a colé sa tete contre la mienne ma maitriser a pris mon bras et mes poignets les as tordu et ma dit qu"il veut me tuer pour vivre seul avec ma mère et vivre en paix.

Pendant ce temps ma mère elle me frappe en me donnant des giffles et me mordre . J'ai des traces sur le visages et sur le corp j'ai fait mes bagages je compte fugué jeprécise tout de meme que cela est parti du fete qu'il étaient tout les deux bourrés et que je leurs ai demandes de ne pas me parler lorsqu'ils sont dans cet états

RÉPONSE

Bonjour

Ce que tu vis est très grave. Nous te remercions de ta confiance et t’assurons que nous sommes de tout cœur avec toi pour te soutenir et trouver les bonnes solutions pour toi.

D’abord il faut que tu saches que c’est toi la victime et que tu n’es en aucun cas responsable de ce qu’il t’arrive.

Ton envie de fugue est compréhensible car tu dois te mettre en sécurité. La question est de savoir où tu vas aller. Et pour cela il faut te faire aider.

La violence que tu as subie de la part du copain de ta mère est très grave et tu pourrais déjà aller à la police pour être protégée. De cette manière tu protègerais aussi ta mère car ainsi ils pourraient constater son état, le tien et vous adresser vers des personnes qui pourront l’aider à se désintoxiquer de l’alcool d’une part.

D’autre part, ils vous adresseront probablement vers un service social qui pourrait vous aider à avoir une meilleure relation.

Il est urgent de te mettre en sécurité mais peut être pas en fuguant. Si tu fugues tu deviendras la coupable alors que c’est toi la victime.

SI tu n’oses pas aller à la police, tu peux t’adresser à un service social ou à ton médecin.

Donne-nous des nouvelles!

A bientôt sur ciao

L'équipe CIAO

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2002 / Genève)

J'écris car j'ai besoin d'aide, j'ai vu plusieur psy depuis que je suis petite mais je n'ai jamais eu l'envie d'y aller ma mère me forcait car elle s'inquittais, pendant 2 ans j'ai eu une coach de vie pour réaprendre certaine chose de la vie.
J'ai vécu plusieurs choses dans ma vie, à 7 ans je voyais mon père tabasser ma mère et il m'amenait dès fois chez sa maitresse qui est plus tard devenu ma belle mère.Mes parents on alors commencer un divorce celui-ci a duré 7 ans, il sait finit quand j'avais 14 ans.

En 7 ans il sait passé plein de choses, humiliation, violence à l'ecole, moquerie sur mon corps etant donner que j'étais extrèmement maigre,abandon de mon père qui ne sait jamais occuper de moi de toute façon et bien d'autres choses que je ne veux pas écrire car même derrière mon écran je ne suis peux être pas 100% proteger , à partir de 12 ans j'ai eu des pensée suicidaire, j'ai failli passée le cap un jour mais j'ai trouvé ça trop egoiste.

À 13 ans, j'ai eu le malheurs de faire connaissance d'un garçon qui a profiter de moi il avait 18 ans, il ne m'a pas violer juste touchée mais ça a suffit pour me faire sombrer encore plus.

À 14 ans, je suis de nouveau tombé sur un mauvais garçon mais je ne mens rendais pas compte, tout se que je cherchais moi c'est de l'affection et je pensais qu'il me la donnait alors que pas du tout, lui aussi m'a fait encore plus sombré.

À 15 ans, j'ai essayé de me reprendre en main personne dans ma famille est au courant des humiliations, mes pensées suicidaires, ect.
Ma mère m'a fait voir beaucoup de psy, jamais je n'ai parlé.
À 15 ans j'ai fait la connaissance d'un garçon que je connaissais depuis 3 ans et j'en suis tombée amoureuse virgule j'ai une confiance hors-normes en lui nous sommes sortis ensemble pendant 2 mois j'allais mieux j'avais arrêté de penser au suicide a mes marques sur mon corps, mais tout a dégringoler virgule il m'a quitté j'en avais marre d'être abandonné, alors cette fois tu changé en un mois j'ai perdu 9 kilos et mon corps me dégoûter de plus en plus avec ces nouveaux traits.
Je me suis dit que la vie ne valait plus rien mais finalement, il revint vers moi je lui pardonna mais je lui fit aussi comprendre que je lui en voulais c'est la seul personne avec qui je me sens bien, il a découvert mes traces, mes pensées et il a accepté mais il a tout fait pour que j'arrête et ça a marché cela fais maintenant 1 et 5 mois que nous sommes ensemble mais en ce moment je passe des moments difficiles par rapport à ma famille, je ne lui en ai pas parlé et j'ai peur de vouloir me faire du mal...

Que faire dois-je lui en parler?
J'ai peur de le désevoir, mais à la fois je sais qui m'aidera mais j'ai peur...Que faire?

RÉPONSE

Bonjour,

Tu as vécu beaucoup de choses difficiles et tu as fait au mieux pour te protéger, cependant il est difficile pour une enfant de se protéger des personnes qui sont sensées prendre soin d'elle. C'est une situation très douloureuse et nous comprenons qu'il ne te soit pas simple de faire confiance et de croire que quelqu'un puisse t'aimer et te vouloir du bien tout simplement.

De même, quand on a des relations comme celles que tu as eues, c'est comme si on avait appris que l'on ne peut pas compter sur les autres. Il arrive souvent que les personnes continuent à avoir des relations qui ressemblent à celles qu'elles ont toujours eues, c'est ce qui fait que lorsque l'on a eu des premières relations dures, on continue à nouer des relations dures. C'est ce qui t'est arrivé.

Une des manière de rompre le cercle vicieux est de pouvoir changer son mode relationnel en allant chez un·e psy. Une autre manière est de rencontrer quelqu'un qui est différent et de ne pas enclencher le même cercle vicieux.
C'est ce qu'il t'est arrivé semble-t-il ! Par conséquent, il est important que tu puisses continuer sur le chemin de la confiance et que tu parles à cette persone de tes difficultés avec ta famille pour qu'il comprenne ce qu'il t'arrive et que tu puisses dépasser cette crise.

Par ailleurs, nous pensons que cela vaudrait quand même bien la peine que tu regardes si tu trouves un·e psy en qui tu pourrais avoir confiance, afin que tu puisses décharger ta relation amoureuse de ces choses lourdes. Ceci d'autant plus que tout ce que tu as vécu est traumatique.

As-tu essayé d'aller au CTAS ? Ils sont spécialisés dans les séquelles de traumatisme. Tu trouveras l'adresse sur le site si tu souhaites essayer.

Bonne suite de relation de confiance et à bientôt sur ciao

L'équipe CIAO

Pour plus de détails, tu peux consulter les informations suivantes :

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2002 / Fribourg)

J'ai peur des hommes... Il y a une année, j'ai eu une très mauvaise experience avec le copain que j'avais. De base pas très sociable, il était trop tactile pour moi et surtout me touchait à des endroits qui me derangeaient.
Je lui avais dis plusieurs fois, mais je ne crois pas qu'il m'ait pris au serieux. Je l'ai quitté très vite mais depuis, j'ai un serieux problème de contact qui m'handicape vraiment dans la vie de tout les jours. Il m'arrive régulièrement de faire des crises de panique, des cauchemars etc...
il suffit qu'un garçon m'effleur pour que je sursaute violement.
Par exemple, il y a quelques jours, je me suis endormie sur l'épaule d'un ami en qui j'ai réellement confiance, je me suis réveillée violement en plein cauchemars, je n'ai pas pu me rendormir et ai mis un distance considérable entre lui et moi.
Ça se passe avec tous les garçons, j'en ai peur, je ne sais pas comment réagir, le problème est que j'ai aussi ça avec des gens que je connais depuis longtemps et en qui j'ai une confiance absolue.

Pour finir, j'ai recroisé le garçon avec qui je suis sortie, mon corps est resté tétanisé et je n'ai pas pu dormir la nuit qui a suivi, je sais parfaitement que je serai amenée à le revoir, nous allons au même genre de convention, nous trainons dans le même genre d'endroits, nous cotoyons certains amis en communs.. et ça me pousse à rester terrer dans ma chambre.
J'ai peur, je ne sais pas quoi faire.

RÉPONSE

Bonjour,

Cette sorte de panique qui grandit en toi à la pensée du contact avec un garçon t'amène à des réactions qui doivent paraître excessives aux autres. Et c'est d'autant plus handicapant, comme tu dis, que tu éprouves cette peur du contact avec des personnes à qui tu accordes pourtant une entière confiance.

Pour te débarrasser petit à petit de cette sorte de phobie, il faudrait que tu prennes contact avec un.e professionnel.le : soit au centre de santé sexuelle, soit avec un.e psychologue spécialiste des jeunes, dans ton canton.

En effet, ce genre de réaction excessive a peu de chances de disparaître par elle-même, juste par la force de ta volonté. Il faut donc que tu te fasses aider par un.e spécialiste de l'aide psychologique aux adolescent.e.s.

Nous te souhaitons de consulter tout prochainement pour te sentir mieux au plus vite.

A bientôt sur CIAO !

L'équipe CIAO

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2004 / Genève)

Bonjour,
Des fois je ressens le besoin de taper les gens, ca vient sans aucune raison. Ca me donne de la satisfaction, c'est comme une envie soudaine irresistible.
Comment puis-je arreter et pourquoi ai-je ces reactions?
Merci

RÉPONSE

Bonjour,

Il semble donc que tu aies des poussées d'agressivité, à certains moments, et tu te demandes pourquoi et comment arrêter.

L'agressivité est plus importante chez certaines personnes que d'autres, et à certains moments plus que d'autres.

Ainsi par exemple, durant l'adolescence, le fait de ne pas maîtriser un tas de choses, et notamment son propre développement (corporel et mental) qui est vraiment très important, peut pousser certain.e.s à l'agressivité. C'est une façon personnelle d'évacuer le stress que l'on peut éprouver (souvent sans en avoir conscience), façon qui n'est bien sûr pas adaptée à la vie en société.

L'agressivité peut s'exprimer de façon verbale (les mots...), ou physique (les coups, etc.). Dans les deux cas, il faut éviter d'exprimer son agressivité auprès d'autrui, car comme dit l'adage "qui sème le vent, récolte la tempête"...

Pour arrêter d'éprouver de l'agressivité, il y a plusieurs pistes à suivre. D'une part, il faut tout faire pour évacuer son énergie physique autrement qu'en imaginant de donner des coups. Pour évacuer cette énergie, il faut d'abord penser à l'activité physique, qui peut être d'autant plus intense qu'on ressent une forte agressivité. Après une séance d'activité physique, on a généralement évacué son trop plein d'énergie et on ne se sent plus agressif.ve. Si on n'a pas l'occasion de sortir, à certains moments, on peut se contenter de taper dans un coussin (résistant) ou un "punching ball" si on en a un. Ça défoule et l'agressivité excessive s'en va.

Et puis il faut penser aussi à s'épanouir autrement que par l'agressivité. Donc, il faut chercher à avoir un maximum d'activités qui nous font plaisir, dans lesquelles on se sent à sa place et qui nous permettent donc de nous sentir bien.

C'est tout le bien que nous te souhaitons.
A bientôt sur CIAO !

L'équipe CIAO

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2000 / Vaud)

Bonjour,

J'ai une question, et sa réponse dépend de mon histoire.
Veuillez m'em excuser, je tâcherais de faire aussi court que possible.

J'ai 16 ans et depuis toujours je suis en souffrance. Durant mon enfance j'ai été très blessée physique et moralement. Je me faisais taper par ma mère à la ceinture, quand je pleurais elle se moquait, qqls fois elle m'a filmé et a montré la vidéo à Noël devant ma famille, et puis je me sentais très différente de tout le monde (je commençais à ressentir de l'attirance pour des filles dès 6 ans), j'ai d'ailleurs avoué à ma mère mon homosexualité et elle ne le prend très mal en me traitant de « porc » et pense que c'est une maladie, j'étais souvent comparée à des enfants de mon âge et à mon frère, j'ai vécu 2 ans sans mon père, ce qui m'avait bcp marqué, mais il a tjs été absent. Je ne me suis jms sentie aimée par ma famille. C'était pendant mon enfance.

Depuis 2015, mon frère s'est montré très extrémiste en m'interdisant d'aller à un endroit avec une telle personne, habillée d'une telle manière. Mais je ne me soumettais pas et il a commencé à être agressif puis violent. Il m'a tapé dans la rue, 2 fois, chez moi aussi, 2 fois et je me suis tjs ramassée des coups. J'ai tjs eu des marques.
Bien évidemment j'ai porté plainte mais ça n'a rien donné... J'ai aussi eu un dossier au SPJ mais je l'ai clos pour ma mère et sincèrement je pensais que ça allait s'arranger... Mais non. Ajoutons à cela que depuis toujours nous vivons dans la même chambre, ma partie est de 2,5m carrés approximativement.

Aujourd'hui je suis au gymnase et j'ai chuté dès février car il m'a denouveau frappé, et je le vis très mal et RIEN n'a été fait, ni contre lui ni pour moi. Je n'arrive plus à me réveiller pour « affronter » ma vie et donc je ne vais plus en cours, mon échec scolaire me rend très mal, je n'arrive plus à vivre ma vie, je pense à me tuer bien sûr, je pense parfois qu'il n'y a pas de solutions. Ma psy et ma pédiatre me soutiennent moi et mes parents pour appeler le SPJ de nouveau et c'est ce que ma mère a fait sous ma demande.

En attendant, j'aimerais savoir si ce que je vis est considéré d'assez dangereux pour mon développement pour que j'aille en foyer. C'est la seule chose que je vois pour vivre en sécurité, aller mieux et réussir, mes études notamment.

Merci pour votre attention et votre réponse
Meilleures salutations

RÉPONSE

Bonjour,

Ce que vous vivez depuis votre enfance est en effet très dur, et vous avez raison: un éloignement de votre frère -et de votre mère- vous permettrait de vivre de manière apaisée.

Même si a priori, ce sont plutôt les auteurs de violence qui sont désormais orientés vers un autre lieu de vie, si vous ne vous sentez pas forcément bien non plus avec votre mère, peut-être serait-ce préférable que ce soit vous, qui puissiez vivre ailleurs.

Un foyer ou un appartement collectif pour jeunes adultes serait une solution, c'est certain. C'est une option qui présente plusieurs avantages et qui est à envisager avec le service de protection de la jeunesse (SPJ) qui a l'autorité d'orientation et de placement de jeunes en difficultés avec leur famille. Il faut que ce service envisage ces opportunités assez rapidement pour que vous puissiez vous consacrer à nouveau, sans tarder, à votre scolarité. Votre pédiatre et votre psy pourront sans doute faire accélérer les choses en vous orientant vers le bon service, de plus ces professionnelles ont du poids dans les démarches de ce type.

Car là encore, vous avez raison, votre scolarité est votre priorité désormais, pour vous permettre de retrouver confiance en vous et de réussir dans votre domaine, tout à fait indépendemment de votre famille qui ne vous a pas soutenue jusqu'ici.

Nous restons à votre écoute et pensons fort à vous.
A bientôt sur CIAO.

L'équipe CIAO

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Garçon / 2005 / Genève)

Bonsoir ciao.ch,
J'ai passé la journée
chez un ami.
Mon ami a aussi 12 ans.
Pendant qu'on a regarder
un film, le frère de mon
ami, qui a 26 ans, ma
carressé.
Je me suis sentit
paralysé

RÉPONSE

Bonjour

Le frère de ton ami, agé de 26 ans, t'a caressé pendant que vous regardiez un film. 

Ce qui t'est arrivé est un attouchement et c'est un abus sexuel. Il est important que tu en parles à un adulte, tes parents ou si tu n'oses pas à l'infirmier/ère de ton école. Il faut faire cela rapidement afin que tu puisses être aidé. C'est un traumatismet et il ne faut pas rester seul avec cela.

Il est normal que tu te sois senti paralysé dans cette situation, c'est en général ce qu'il se passe pour les personnes victimes d'abus sexuel.

Tu peux aussi te faire aider pour savoir comment réagir dans ces situations en allant consulter un/e psy du CTAS qui est un centre spécialisé dans les séquelles de traumatisme, comme par exemple les abus sexuels. Nous te mettons les adresses en lien.

Donne-nous des nouvelles si tu veux bien et à bientôt sur ciao

L'équipe CIAO

Pour plus de détails, tu peux consulter les informations suivantes :

Ouvrir / fermer la question-réponse
Ajout d'un  favori
Donner mon avis

QUESTION (Fille / 2006 / Vaud)

Bonjour
'ai une amie qui se fait harceler à l'école tous les jours mais mes amies et moi n'arrivons pas à la défendre hier c'était allé trop loin elle a explosé en larmes nous n'avons pu que la consoler et essayer de lui redonner le sourire.
On lui a dit d'en parler à ses parents mais elle ne voulait pas et nie totalement qu'elle se fait harceler dites moi comment nous pouvons l'aider
j'en peux plus de la voir comme ça merci d'avance.

RÉPONSE

Bonjour

Les faits que tu racontes sont graves et malheureusemenet fréquents. Une grande partie des élèves qui se font harcelé·e·s n'osent pas en parler de peur des représailles ou alors par ce qu'ils ne croient pas que l'on peut arrêter le phénomène. Souvent aussi ils ont honte, pensent qu'ils vont décevoir leurs parents et préfèrent se taire.

SI ton amie ne veut pas parler à ses parents peut-être serait-elle d'accord d'en parler à quelqu'un de l'école sans ou avec ta présence ?

Si ce n'est pas le cas, le groupe d'amies que vous êtes devez aller parler aux adultes de l'école: enseigants ou doyens ou psychologue ou médiateurs, etc. Il ne faut pas laisser la situation se prolonger, surtout que les vacances d'été arrivent.

Les adultes vont réagir et le harcèlement s'arrêter. Vous pouvez aussi demander aux adultes de garder la discrétion sur le fait que vous leur avez signalé la situation.

Le plus difficile est de faire le premier pas, ensuite les choses suivent leur cours.

Merci de cette belle amitié que tu as envers cette amie, nous vous souhaitons de continuer à partager de beaux moments ensemble.

A bientôt sur ciao

L'équipe CIAO

1 à 10 sur un total de 457

Poser une question

Infos annexes

Nos partenaires

Pour la rubrique Violences, CIAO travaille avec le SSEJ (Service Santé Enfance et Jeunesse) et Malatavie Prévention (ex CEPS)

Fermer

Ajouter un favoriFavoris

Pour ajouter cet élément à tes favoris CIAO il faut avoir un ESPACE PERSO et être connecté

Je souhaite créer un ESPACE PERSO

Fermer

 

Le favori a été enregistré dans ton ESPACE PERSO

Rappel : les Questions Réponses restent affichées 12 mois

Annuler

Envoyer à un ami

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Fermer

 

Message envoyé

Annuler

Donner mon avis

Si tu as des remarques, des commentaires ou des questions, va dans Poser une question.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Fermer

Merci pour ton feedback !