Aller à la navigation
Aller au contenu principal
Estime de soi : ton thermomètre

Enceinte mais...

Ajout d'un  favori
Envoyer cet élément à un ami
Donner mon avis

Une grossesse peut être une merveilleuse nouvelle, mais il arrive aussi qu'une femme ne puisse absolument pas l'assumer, pour des raisons qui lui appartiennent. Elle a alors la possibilité d'avoir recours à une interruption de grossesse, durant les 12 semaines suivant ses dernières règles.

L'intervention en elle-même peut se faire de deux manières :

La méthode chirurgicale

L’interruption de grossesse est effectuée sous anesthésie générale ou locale. Le col de l’utérus est dilaté avec précaution de quelques millimètres, ce qui permet d'insérer une canule et d'aspirer le contenu de la cavité utérine. L’interruption de grossesse chirurgicale est pratiquée à l’hôpital (en ambulatoire ou avec hospitalisation si nécessaire) ou dans un cabinet médical spécialement équipé pour cela.

La méthode médicamenteuse

Deux médicaments sont prescrits en combinaison. Le premier provoque l’arrêt de la grossesse. Deux jours plus tard, le deuxième médicament est administré, qui contracte l’utérus et provoque, généralement quelques heures plus tard, l’avortement. La méthode médicamenteuse est utilisée jusqu’à la 7ème, voire la 9ème semaine de grossesse. Les médicaments sont pris au cabinet médical, à l’hôpital, ou à domicile. Un contrôle ultérieur est dans tous les cas indispensable.

Une grossesse non désirée n'est jamais une chose facile à vivre. Une femme, un couple qui se trouvent dans cette situation ont toujours avantage à demander le soutien et l'accompagnement gratuits dans un centre de santé sexuelle-planning, par exemple.

Pour les jeunes femmes de moins de 16 ans, une telle consultation est obligatoire dans un centre spécialisé, par exemple les centres de santé sexuelle-planning et la DISA dans le canton de Vaud.

Les caisses maladies prennent en charge le coût des interruptions de grossesse.

Il existe toujours une solution même si cela semble une catastrophe. Il faut oser demander de l'aide. Cela peut arriver à n'importe qui et il n'y a pas à craindre de jugement.

Infos annexes

Nos partenaires

Dans la rubrique Sexualité CIAO travaille avec la Fondation Profa, le SSEJ (Service Santé Enfance et Jeunesse), le centre de Santé sexuelle/planning familial de Neuchâtel Lien externe, nouvelle fenêtre , de la Chaux de Fonds , du Valais et du Jura pour répondre aux questions et avec Santé Sexuelle Suisse Lien externe, nouvelle fenêtrepour la mise à jour des informations.

Fermer

Ajouter un favoriFavoris

Pour ajouter cet élément à tes favoris CIAO il faut avoir un ESPACE PERSO et être connecté

Je souhaite créer un ESPACE PERSO

Fermer

 

Le favori a été enregistré dans ton ESPACE PERSO

Rappel : les Questions Réponses restent affichées 12 mois

Annuler

Envoyer à un ami

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Fermer

 

Message envoyé

Annuler

Donner mon avis

Si tu as des remarques, des commentaires ou des questions, va dans Poser une question.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Fermer

Merci pour ton feedback !